Présentation de la méthode Pochmann : Le Rubik's cube les yeux fermés

Résoudre le Rubik's cube les yeux fermés ? Vous ne rêvez pas, c'est possible ! Je vais vous présenter la méthode Pochmann, du nom de son créateur Stefan Pochmann. Il existe bien sur d'autres méthodes, mais celle-ci est à ma connaissance la plus simple à mettre en oeuvre. Je ne vous cache pas que pour y arriver, il faut être à un niveau avancé de compréhension du Rubik's cube et de ses algorithmes, ainsi qu'une bonne vision dans l'espace - même les yeux fermés !

methode-pochmann-theorie-les-yeux-fermes-idee

Pour avoir un descriptif (en anglais) de la méthode par Stefan lui-même, voici le lien vers son site.

Tout d'abord, il est important de comprendre le principe de cette méthode. Sa compréhension peut s'avérer difficile dans un premier temps, mais ne vous découragez pas, et essayez vraiment de la comprendre. Une fois comprise, son application est très simple, et surtout (son principal atout), automatique. Chaque résolution se base sur des réflexes et demande très peu de réflexion. Il faut donc connaître parfaitement les solutions du Rubik's cube.

La théorie de la méthode Pochmann

On va commencer par résoudre les arêtes. Pour ce faire, l'idée principale de la méthode est d'effectuer pendant toute la résolution un algorithme qui échange deux coins et deux arêtes. Etant donné que l'on ne souhaite pas avoir modifié les coins à l'issue de cette étape, les coins que nous échangerons seront toujours les mêmes. On résoudra alors les arêtes une par une.
Les 2 coins que nous échangerons seront les coins présents en URF et en UBR.

Dans un second temps, pour résoudre les coins, nous utiliserons un procédé similaire : nous échangerons toujours deux coins et deux arêtes, mais cette fois-ci, ce sera toujours les mêmes arêtes que nous échangerons, pour qu'elles ne soient pas modifiées, tout compte fait.

On se rend bien compte que si nous avons effectué un nombre impair d'algorithmes pour résoudre les arêtes, les 2 coins choisis seront échangés. Il faudra alors effectuer un algorithme qui échange ces 2 coins, et les deux arêtes que nous échangeons lors de la résolution des coins. Ce cas-là est appelé "cas de parité".

Algorithmes pour résoudre les yeux fermés

Je vais vous présenter les algorithmes que j'utilise pour résoudre le Rubik's cube avec la méthode Pochmann. Le principal intérêt de la méthode est qu'il y a très peu d'algorithmes à apprendre. Tout d'abord pour résoudre les arêtes, j'utilise les 3 PLL classiques : le T, le J et le J symétrique.

Algorithmes de résolution

Voici les applets pour vous entrainer si vous ne les connaissez pas encore :

PLL T :

moves will appear here

Algorithme PLL J :

moves will appear here

Le PLL J symétrique :

moves will appear here

Comme vous pouvez le constater, ces algorithmes échangent toujours les deux mêmes coins et échangent aussi deux arêtes. Pour placer les coins, on va toujours utiliser :

moves will appear here

Si vous connaissez déjà le PLL Y, vous pouvez vous apercevoir que cet algorithme est le PLL Y auquel on enlève le premier et le dernier mouvement. La encore rien à apprendre si vous connaissez déjà les PLL.

Juste deux petits algorithmes en plus à connaitre - et très facile à retenir - pour quelques cas particuliers :

La parité est réglée avec le PLL R :

moves will appear here

Et l'algorithme suivant vous permet d'orienter deux arêtes :

moves will appear here

Ce sont les seuls à connaître pour résoudre le cube les yeux fermés grâce à cette méthode. Vous n'aurez pas besoin d'en connaître plus.

Explications

Comme nous l'avons vu, pour résoudre les arêtes, on va se servir de 3 algorithmes. Le but est de placer l’arête qui se trouve en UR à sa vraie place. Cette pièce qui se trouve en UR est ainsi appelée notre "buffer" - ou tampon en français - et c'est celle là que nous allons résoudre. Imaginons que cette pièce aille en DL (attention, c'est différent de LD !), le but est donc d’amener ce cube DL sur la face du haut en faisant attention que ce soit bien la couleur D qui se retrouve sur la face U (la première couleur de la paire doit se trouver sur la face U).

On peut, pour ce faire, l’amener à 3 endroits différents, en UF, UL ou UB. On choisit l’emplacement que l'on préfère, la seule règle à respecter est de ne pas bouger les coins UBR et URF pendant ces mouvements. Si on amène le cube en UF, on fait un J, si le cube est en UL, on fait un T et si le cube est en UB, on fait un Jsym. Ensuite, on refait à l’envers les mouvements qui ont permis d’amener l’arête sur la face U. Ce que l’on vient de faire a échangé l’arête qui était en UR avec celle où elle devait aller. On a également échangé les coins UBR et URF. Une nouvelle arête se trouve maintenant en UR, donc on peut recommencer.

Il est aussi important compter combien de fois on fait cela pour savoir si les coins UBR et URF sont à leur place où s’ils ont été échangés (cas de parité que je vous présentais plus haut). S'ils ont été échangés, il faudra exécuter l'algorithme de parité, pour les remettre à leur place, et cela, avant de commencer à résoudre les coins.

Mise en pratique de la méthode Pochmann

rubiks cube les yeux fermes

On souhaite résoudre la pièce DL (celle-ci se trouve donc en UR). Voici comment on procède :

On a donc effectué : L2 - algorithme T - L2. Si jamais on avait eu la pièce LD (au lieu de DL), on aurait fait : Dw (= faire D avec 2 étages) L'w - algorithme J - Lw D'w. Je vous invite à trouver les mouvements préparatoires vous-même, car la plupart ne sont pas difficiles à trouver, et que c'est plus amusant de les chercher soi-même.

Pour résoudre les coins, c'est exactement le même principe. Notre "buffer" est la pièce ULB. Nous allons amener le coin à résoudre en RDF, en faisant attention à son orientation : la couleur en U du coin ULB va être envoyée en R (du coin RDF). Les mouvements préparatoires possibles utilisent des combinaisons de F, D et R, car les arêtes UB et UL ne doivent pas être modifiées.

Je pense qu'il est important de s'exercer à résoudre le cube les yeux ouverts avec cette méthode, pour bien maîtriser les mouvements préparatoires, avant de commencer à essayer de le résoudre les yeux fermés. Pour cela, quand on s’entraîne à résoudre les arêtes, on commence par résoudre les coins (en modifiant les arêtes), et ainsi quand on fait les arêtes, on peut vérifier que nos mouvements préparatoires sont bons : si les coins sont toujours bons quand on a fini de résoudre les arêtes (pour résumer, le cube est fini !), c'est que l'on n'a pas fait d'erreur.

Méthode de mémorisation pour les yeux fermés

Pour les arêtes, on associe à chaque cube un code. Il faut différencier la pièce « Blanc Rouge » de la pièce « Rouge Blanc ». En effet, suivant le cas, l’orientation du Rubik's cube n’est pas la même.

Une fois qu’on connaît 2 codes par arête (1 pour chaque orientation), pour la mémorisation des arêtes on retient par cycle. On commence toujours par regarder l’arête en UR. On mémorise d’abord la couleur en U (par exemple Vert) puis celle en R (par exemple Orange). Puis, on retient le code correspondant. Ensuite, on regarde le cube qui se trouve à l’endroit où doit aller l’arête que l’on a retenue. On retient à nouveau cette arête là, en faisant attention au sens. On continue ainsi de suite jusqu’à tomber sur le buffer. Il est alors inutile de le mémoriser.

pochmann memorisation yeux fermes

On cherche alors s'il reste des pièces qui n'ont pas été rencontrées. S'il n'en reste pas, on peut s'intéresser aux coins. Sinon, on mémorise la première arête que l'on voit et qui n'a pas déjà été mémorisée. On regarde où elle doit aller, et on continue la mémorisation comme précédemment. Jusqu'à qu'on retombe sur la pièce mémorisée en premier. On a alors terminé le cycle. Et on recommence ainsi, s'l reste des cycles à résoudre.

Exemple concret

Certains disent qu'un exemple concret équivaut beaucoup de théorie. C'est d'ailleurs d'autant plus vrai avec la méthode Pochmann à mon avis. Étant donné que cette étape n'est pas simple, je vais prendre un exemple concret, pour mieux vous expliquer. Supposons que le cube soit dans la situation suivante :

Notre buffer (jaune-bleu) est résolu. On doit commencer un nouveau cycle. Pendant ma mémorisation, supposons que la pièce que je vois en premier comme n'appartenant pas à un cycle précédemment étudié soit la pièce en haut au fond. Ses couleurs sont Blanc Bleu (ou bleu-blanc, on choisit comme on veut...). Je mémorise donc Bleu-blanc, alias DR. Puis, la pièce en DR, c'est DL, puis UB, et enfin DR (il faut mémoriser de nouveau la pièce par laquelle on a commencé).

On va donc résoudre : DR DL UB DR. Donc :

D2 L2 - algorithme T - L2 D2, puis :

L2 - algorithme T - L2, puis :

Jsym, puis :

D2 L2 - algorithme T - L2 D2.

Pour les coins, cela marche de la même façon. Il suffit de retenir 2 couleurs pour retenir un coin. En effet, si l’on tourne dans le sens des aiguilles d'une montre à chaque coin que l'on regarde, il n’y a pas de problème, la troisième couleur est unique. Par exemple, prenons les cubies UBR et URF. Quand on lit les couleurs en tournant dans le sens des aiguilles d’une montre pour le cube UBR, on lit « Bleu Jaune Rouge ». Suivant l’orientation qu’on doit retenir, on retiendra donc un couple de couleur parmi : « Bleu Jaune », « Jaune Rouge » ou « Rouge Bleu ». La pièce URF donne « Orange Jaune Bleu », donc on retiendra parmi « Orange Jaune », « Jaune Bleu » ou « Bleu Orange ». On voit donc bien pour les 2 angles qu’on ne peut pas confondre « Jaune Bleu » et Bleu Jaune ».

Exemple complet de résolution avec la méhode Pochmann

Mélange : L' U2 R' U' L B' L U' R' F2 U2 L2 F2 U2 F' R2 F L' U2 L' R' U' D2 L R2

Résolution des arêtes : LB LD FD DR BD FR UF RB LU LF FD.

Orientations : UB et UR.

Parité.

Résolution des coins : BLD UFL URF BDR DLF.

Orientations : DFR et ULB.

Pour effectuer l'orientation de deux coins, je l'effectue en "pure" méthode pochmann, c'est-à-dire que je résout ensuite les coins DFR, puis RDF en Pochmann. Je n'oriente pas le coin, car je trouve que c'est plus long, étant donné qu'il faut faire attention à ne pas se tromper dans l'orientation des 2 coins (un coin peut avoir 3 orientations possibles...).

Finalement, ma résolution des coins est : BLD UFL URF BDR DLF DFR RDF.

On vérifie sur cette séquence des coins que l'on a la parité (7 coins à résoudre).

Moyens de vérification

Je les ai trouvés tout seul, avec l'habitude de l'utilisation de cette méthode.

Une fois la mémorisation finie, on peut vérifier :

  • Qu'au niveau de la parité, il n'y a pas d'erreur : on doit avoir la même parité pour le nombre de coins et le nombre d'arêtes.
  • L'orientation de la pièce UR, une fois les arêtes mémorisées.
  • L'orientation de la pièce ULB, une fois les coins mémorisés.

Astuces de la méthode Pochmann

Tout d'abord, très important avec la méthode Pochmann : trouver un code pour chaque couple de couleurs, et se familiariser avec ce code. Il ne faut pas hésiter une seule seconde pour associer le code à l'arête, et inversement. En ce qui me concerne, j'avais commencé à choisir un personnage puis un objet pour chaque arête. Mais, j'ai rapidement changé pour des lettres. Le choix de ce code dépend à mon avis des personnes, et il faut donc trouver le système qui nous est le mieux adapté. Une solution proposée récemment consisterait à choisir une syllabe pour chaque arête, ce qui est à mon avis une très bonne idée.

pratiquer le rubiks cube

Pour vérifier que l'on maîtrise bien les mouvements préparatoires et les algorithmes de résolution, on peut dans un premier temps noter sa mémorisation sur une feuille. Et résoudre le cube en regardant la feuille (mais pas le cube). Je ne suis pas très fan de cette technique, et je préfère la suivante :

Tout d'abord, on s’entraîne à résoudre le cube les yeux ouverts en suivant cette méthode, en se chronométrant, et sans mémorisation préalable. Je vous conseille de ne pas commencer à tenter les yeux fermés tant que la résolution du cube avec cette méthode dépasse les 2 minutes. Ensuite, on peut commencer à tenter de fermer les yeux... Et là, il vaut mieux commencer par résoudre les coins et les arêtes indépendamment. Cela permet de s’entraîner à ne mémoriser, et résoudre que la moitié du cube (si on ne fait que les coins par exemple).

Maintenant que vous savez tout, que vous avez tout compris, il est temps de passer à la pratique et à l’entraînement. Bientôt, vous pourrez impressionner tout votre entourage !

Comparatif des Rubik's Cube

Pour bien s’entraîner, il est important de choisir le bon Rubik's Cube

Acheter le meilleur cube

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail